Le tourisme responsable pour voyager autrement

Le tourisme responsable pour des vacances au contact des populations locales…

Ces dernières années, le voyage s’est démocratisé et beaucoup de gens partent à la découverte du monde. Le principal objectif du tourisme est évidemment de découvrir des cultures et des paysages différents. Mais au fur et à mesure de leur voyage, beaucoup de globe-trotters se rendent compte qu’ils sont beaucoup mieux lotis par rapport à d’autres peuples qui vivent dans une grande pauvreté. C’est pour cette raison que le tourisme responsable est de plus en plus prisé. Également appelé tourisme durable, ce concept consiste à visiter un pays tout en participant à son développement économique et son épanouissement humain et culturel. Les touristes responsables font également des efforts pour préserver l’environnement qui les accueille. Les destinations concernées se trouvent surtout dans le tiers-monde. En général, les participants habitent chez les habitants (dans des villages reculés) et participent à leur quotidien pour s’imprégner de leur culture et de leur mode de vie. Il est également question d’activités visant à améliorer le quotidien des autochtones sur le long terme. Les chantiers solidaires permettent par exemple de construire des écoles, des dispensaires ou d’autres infrastructures de base. A cela s’ajoutent évidemment les découvertes touristiques classiques (monuments, parcs naturels etc.). Touchés par la misère de ces populations, certains voyageurs prennent des initiatives de manière privée. Ce choix est noble, mais comporte quelques risques s’ils ne sont pas bien informés. En effet, les actions pourraient ne pas correspondre aux besoins vitaux de la population. C’est pour cela que beaucoup de gens se tournent vers des associations. Beaucoup mieux organisées, celles-ci sont représentées par des équipes expérimentées à destination. Les associations fonctionnent différemment, mais une contribution financière est en général demandée. Cet argent sert pour la restauration et l’hébergement, l’organisation des activités, les dons, etc.